A Phởq’Interview with Romain FX

Romain has been a key innovator in the Hong Kong scene for the past 10 years, spearheading fresh concepts such as ROOFEST, the island’s first rooftop festival, the first full time & award-winning radio station called FAUVE RADIO, the first dance music-oriented record store called THE PHARMACY and on top of it all has been organising monthly parties under the name ROAM bringing international artists such as Jayda G, Move D, Habibi Funk, Demuja and many more.

Version française disponible dans la deuxième partie —

Speed Phởq’ing 💐

Meeting people, one after the other, in order to get to the heart of the matter and determine if the person can be seen again.

  • What is your dream name for the interview?

Enter The Mew… (hope you get it) might be a bit far-fetched. Mew is a majestic Pokémon, and it might be really cool to get inside his head.

  • Enter the Mew, a random word to start this interview ?

Trees — I have a lot of them in front of me.

  • How did you end up where you are located ?

It’s a long long story haha. I travelled a lot as a kid, and most people think it’s because my parents are diplomats. But in truth not at all, they are hairstylists. One day, they were offered to move abroad to open Dessanges salons. They liked the idea right away.

Once we left, my parents couldn’t afford to send me to international schools. So I went to local schools, which taught me English-American in Tennessee (USA) and Mandarin in Taiwan. When I was 10 years old, they decided to put down their luggage in Hong Kong and 20 years later, I decided to make my move: I left Asia to discover Europe.

Indeed, after living my last 20 years in HK, I felt the need for a change. I moved to Nantes, France (“Going Back to my Roots!”) recently in June in the hope of launching my full-time musical career after my first Boiler Room and the launch of my production career. What better timing to do it while a worldwide pandemic strikes haha?

  • How does the song “Going Back to My roots” sound since your return?

Going back to France? Rather exotic. Some of my friends didn’t understand me clearly. I must say that I feel much more serene since I moved here. It’s the first time in 10 years that I feel like I’m on vacation. In Hong Kong, I had to mix 4 jobs at the same time. It had become tough to manage these days.

Now I’m just stuck in the studio making music every day, counting my savings and seeing how long I can last, gotta love “passion-over-money” challenges, you learn so much, like how to eat as cheap as possible to be able to print 200 records for a new compilation series — entitled “West & East”, out soon on Fauve Records.

An artistic process from HK to La-Roche-Sur-Yon City.
  • If I mention to you: Cliché Records, Fauve Radio, Makha, what does that make you think of?

Ah, the golden years in Hong-Kong. I met the team that became Cliché (Ouissam, Jean-François, Lisa) in 2012. We were partying all the time, it was limitless. Little by little, we stopped our respective jobs to get ourselves 100% involved in this adventure.

“Viet-Kong”

Then, I wanted to create a radio for a long time but was missing the venue. I then met Mag — Maguelone Calmels, founder of Makha. It’s a clothing store with street art touches, located in the center of Hong-Kong. It happened to have an unused space, which allowed me in December 2017 to set up and develop Fauve Radio.

In my Mew’s mind, it was always a 2 years project — short but intense. I made a list of 100 DJs in HK that I really wanted to book. We didn’t necessarily realize it at the time but a lot of people were involved in the music industry. In HK, there’s a culture of music residencies. The idea of the radio was mainly to create a platform for all those people who have a deep love of music but who had to play mainstream music in order to make a living from it. I wanted to bring them back to the source of where it all began for them. On the radio, they could let loose and really play what they wanted. A bit like at home after all.

  • Golden Age. Can you explain the story behind this picture?

Ahahaha. You did an excellent job, Violette. It was at the Destroyed in Hong Kong, a bar of big booze, a pub crawl with big student parties. Concerning the tank-top, I was pretty proud of my body at the time. Otherwise, my friend beside me smoked a lot. The other guys are my friends from high school — Thibaut & Xavier.

FAAK was my first DJ name — Fucking Alive and Kicking — I even found some stickers recently. I was starting to mix, I must have been 16 or 17 yo. I had come back to Asia after living in La Roche-Sur-Yon (France) between my 10th and 11th school-year. I started to really look at how to mix — at the time I was on Virtual DJ. I bought a cheap Vestax controller, and this is how I started to get into the world of partying.

Music Noodle Scoop 🍲

Noodle soup is a variety of soup composed of noodles and other ingredients served in a light broth. The noodles may have been made with rice, wheat or eggs. Nothing related to a limp penis.

  • A Wat de Phởq track?

Adriano Canzian — Macho Boy

I only managed to play this track once. It was a very last minute morning-set at Wonderfruit because one of the DJs didn’t show up, so I was asked by the stage manager to step in.

It’s the time when people who got lost met each other because all the big stages were closed. I began my set, quietly, people were all sleeping and lying down. I remember, I went with smooth of afro music to wake them up, and slowly the crowd got up and started dancing again. It was a beautiful moment. Especially because in the booth I could see the horizon and the huge crowd approaching from the solar stage. It’s one of the highlights of my life, everyone overfished that day, especially since it was one of the last days of the festival.

I saw that people were dancing with more intensity, so I decided to play some salacious stuff (hot new beat tracks if you know what I mean). I played dirty tracks talking about sex and I saw that people were hooked, there were a lot of smiles on the dance floor. I immediately thought of this track. It’s one of the most out-there track for a set. I thought — “I’m going to play it anyway, but I really don’t know if people will understand”. In the end, it made a strong impression, and I still remember some people laughing really, really loudly. Listen to this song, and you’ll understand why it’s a Wat de Phởq track.

  • Your first encounters with music — were you listening to sounds in your parents’ hairdressing salons?

My parents are definitely music lovers and love dancing. It’s when I travelled that I found myself traveling in places without being able to speak the local language, that I felt a bit excluded. So I naturally started to listen to a lot of international sounds by myself. Even if you don’t understand the language, you’re still going to feel emotions. Music is to me a universal language.

was mostly a mix of influences from all the places I lived. There’s a CD that my Grandmother gave me when I was very young, it was a compilation of L’Oreal including Crystal Waters & Jamiroquai. I could say that was my introduction to electronic pop music and the rest is history.

  • Can you share with us a recent dig ?

“Ströer Duo — Vietnam”

I’ve been waking up to this track every day, and of course, quite fitting with the interview theme haha who knows what he’s talking about! Kinda like me in this interview. It makes me think a lot about one track in particular. — Ah, there’s a beetle that just passed by. Nature is beautiful.

https://www.discogs.com/fr/Str%C3%B6er-Duo-Fluchtweg-Madagaskar/release/964197
  • How do you dig for music?

A little bit everywhere. I make a pre-selection of several tracks, before listening to them in their entirety. I really pay attention to the “wacky” tracks, I like to find shit that nobody wants. And the next thing I know, it’s already 5AM.

When I was a teenager, I was quickly pointed out as the guy who makes playlists for parties. I digested them thoroughly, then I loved to play them for my friends to discover new genres outside the mainstream sphere. I was already a selector at that point without realizing it.

  • In addition to Romain FX & RFX, you also form with Florian Melinette , ROAM Selector. How did you guys meet ? Your debut in Boiler Room ?

I met Florian, at the end of Cliché Records, he was already doing parties in HK. We started to want to do parties together — ROAM parties — then we started to mix together. He was working on Shi Fu Miz Festival project with the crew La Mamie’s, and I really enjoyed what they were planning to do. I joined the team to help them with production stuff as an artist manager amongst a lot of different tasks.

The Boiler Room was just crazy. To be there in Hong Kong with such perfect weather, and be able to organize a Boiler Room with all those people: it was the climax. When you play, it’s different because you’re so focused on what you’re playing. But the next day, when I saw the footage, it was a real slap in the face. It was a magical moment. Sometimes I watch it and I cry of joy.

  • How was the meeting with La Mamie’s crew ?

We met during the Shi Fu Miz, then in Asia on several gigs. I quickly became very friendly with them, especially Vito. Once, I was playing for them and Camion Bazar when I was passing through France at the Macki Festival— I told them that I wanted to expand in Europe. They offered me to sign onto their agency— Bingo Booking. A wonderful opportunity.

  • A Wat De Phởq vinyl artwork ?

“Punk Anderson — Shave That Pussy”

I have the cover written “Shave That Pussy” in big and white, I remember when I bought this I was thinking to myself “this is either going to be horrible or actually really cool” and it was cool thankfully, the track “People” on there is so good haha.

  • A really weird EP that you wouldn’t produce?

Wow. Good question. Let me think about it.
[Two minutes later]
I would make a rework of Eiffel 65’s most famous track — Blue, by taking up that vocal that drives you crazy. I would also add a… what do you call it… ah yes thanks Grandpa and Grandma, a jaw harp.
Length : 12 minutes
BPM : 150

The amazing animation is available on our instagram @phoq.tv

Eiffel 65 — Blue (Da Ba Dee) [Enter the Mew Rework]
Phởq Records 2020
Release Date : Unknown ??

Pillow Phở’lk 🛏️

Pillow is the relaxed, intimate conversation that often occurs between two sexual partners after sexual activity, usually accompanied by hugs, caresses, kisses and other physical contact.

  • A Wat De Phởq anecdote about you?

I did a speedo catwalk when I was 16 in a club in Hong Kong called “Billions”, can you imagine? And yes, I started a career in modeling. It was very traumatic. Sometimes you don’t move for 7 hours and people just put clothing on you.

For the story, there were parties, in which just because you were attractive you were offered bottles. Through these events, you meet people from that background. When I was 16 in 2006, I was asked to do my first commercial. My face ended up on all the buses and trams of HK for 3 years. Personally, at that age I was happy, I could finally buy an Xbox and an iPod for having worked 3h on this shooting. Well today, I must confess that I feel a little bit like I was fooled.

I also remember it’s the year I returned to France, and in my new high school they all thought that a Chinese model from Hugo Boss was going to arrive. General Disappointment.

  • Your definition of an “edit” ?

Quite a common question people ask me on a day to day basis. It depends on the artist, to be honest, but for me, an edit is when you take a track that you love but feel was completely forgotten or too expensive for people to buy the original record and you manage to bring it back to life with a little more push and freshness to make it playable on a bigger sound system. I also feel that if you change it too much and lose the essence of the track then it becomes a rework, even though some people still call it an edit.

  • Someone wanted to ask you a question — What is your best memory of waking up in Bangkok and why was it in Tristan’s bed”?

Ahahaha. He booked me to play in Bangkok, we ended pretty much drunk. On the morning after the party, we were pretty drunk, he brought me to eat some Thai food. After he confessed to me, it was beef guts. Sacré Tristan.

  • Kisses or Cuddles ?

Cuddles. It’s still a pandemic.

Will you be able to catch Romain, the legendary Pokemon, during his upcoming gigs?

Romain FX
.https://www.residentadvisor.net/dj/romainfx
.http://fauverecords.bandcamp.com/
.https://www.instagram.com/romainfx852/

— VERSION FRANÇAISE —

Speed Phởq’ing 💐

Rencontrer les gens, l’un après l’autre, afin d’aller au cœur du problème et de déterminer si la personne peut être revue.

  • Salut Romain, quel nom aimerais-tu te donner pour l’interview ?

Enter The Mew — j’espère que vous l’avez, c’est peut-être un peu tiré par les cheveux.

Mew, c’est un Pokémon majestueux, et ce serait vraiment sympa de pouvoir entrer dans sa tête.

  • Un mot au hasard pour débuter ?

Arbres — J’en ai beaucoup en face de moi.

  • Enter the Mew, ou te trouves-tu et comment y es-tu parvenu ?

C’est une longue histoire haha. J’ai beaucoup voyagé quand j’étais enfant, et la plupart des gens pensent que c’est parce que mes parents sont diplomates. Mais en réalité pas du tout, ils sont coiffeurs. Un jour, on leur a proposé de partir à l’étranger pour ouvrir des salons Dessanges. Ils ont tout de suite aimé l’idée.

Une fois partis, mes parents n’avaient forcément trop les moyens de me scolariser dans les écoles internationales. J’ai donc mis les pieds dans les écoles locales, qui m’ont permis d’apprendre l’anglais-américain au Tennessee (États-Unis) et le mandarin à Taïwan. Quand j’ai eu 10 ans, ils ont décidé de poser leurs valises à Hong-Kong. Vingt ans plus tard, j’ai à mon tour décidé de faire le grand saut : quitter l’Asie pour découvrir l’Europe.

En effet, après avoir vécu mes 20 dernières années à H-K, j’ai ressenti le besoin d’un changement. J’ai déménagé à Nantes, en France (“Going Back to the Roots”) en juin, dans l’espoir de lancer ma carrière musicale à plein temps. C’est quelque chose que j’avais commencé étant adolescent, mais on peut dire que la Boiler Room au ShiFuMiz a finalisé le lancement de ma carrière de producteur. Quel meilleur moment pour le faire alors qu’une pandémie mondiale frappe haha ?

  • Et elle sonne comment la chanson “Going Back to my Roots” depuis ton retour ?

Rentrer en France ? Je dirais plutôt exotique. J’ai certains potes qui ne me comprennent pas trop. Je dois dire que je me sens beaucoup plus serein depuis que je suis rentré. C’est la première fois en 10 ans que j’ai l’impression d’être en vacances. A H-K, je devais mixer 4 boulots en même temps, c’était devenu difficile à gérer ces derniers temps.

Maintenant, je suis enfermé dans le studio à faire de la musique tous les jours. Je surveille mes économies et j’essaye de voir combien de temps je vais pouvoir tenir ce rythme. J’aime vraiment le défi “passion vs tunes”, il m’apprend tellement de choses. Notamment comment manger le moins cher possible pour pouvoir financer le pressage de 200 vinyl de la prochaine compilation “West & East” bientôt disponible sur Fauve Records.

Un pied à l’est, un pied à l’ouest.
  • Si je te mentionne, Cliché Records, Fauve Radio, Makha, à quoi ça te fait penser ?

Ah, la belle-époque à Hong-Kong. J’ai rencontré l’équipe qui est devenue Cliché (Ouissam, Jean-François, Lisa) en 2012. On faisait la fête tout le temps, y’avait pas de limites. Peu à peu, on à tous arrêté nos jobs respectifs pour nous impliquer à 100% dans cette aventure.

“Viet-Kong”

J’avais aussi depuis longtemps l’envie de faire une radio mais il me manquer le lieu. J’ai rencontré Mag — Maguelone Calmels, la fondatrice de Makha. C’est un shop de fringues avec également une partie street-art, situé dans le centre de H-K. Il se trouve qu’elle avait un espace inutilisé, ce qui m’a permis de m’installer et d’y développer — Fauve Radio.

Dans ma tête de Mew, ça a toujours été un projet de 2 ans — court mais intense. J’avais fais la liste de 100 DJs à H-K que je tenais vraiment à booker. On s’en rendait pas forcément compte à l’époque mais beaucoup de gens étaient impliqués dans l’industrie musicale. A H-K, y’a vraiment une culture des résidences djs. L’idée de la radio, c’était surtout de créer une plateforme pour tous ces gens qui ont un amour profond de la musique mais qui étaient amenés à jouer des sons plus mainstream pour pouvoir en vivre. Je tenais à les ramener à la source de là ou tout avait commencé. A la radio, il pouvait se lâcher et jouer vraiment ce qu’il voulait. Un peu comme chez-eux finalement.

  • La Belle-Époque. Tu peux nous expliquer l’histoire derrière cette photo ?

Ahahaha. Tu as bien fais ton travail Violette. C’était au Destroyed à Hong-Kong, un bar de grosses beuveries, un pub crawl avec des grosses soirées étudiantes. Le marcel ? J’étais assez fier de mon corps à l’époque. Sinon ma pote à côté, fumait beaucoup. Les autres gars c’est des potes du lycée — Thibaut & Xavier.

FAAK c’était mon 1er nom de DJ — Fucking Alive and Kicking — j’ai même retrouvé des stickers récemment. Je commençais à mixer, je devais avoir 16–17 ans. J’étais revenu en Asie après avoir vécu à La Roche-Sur-Yon entre ma 2nd et ma 1ère. J’ai commencé à vraiment regarder comment mixer — à l’époque j’étais sur Virtual DJ. Je me suis acheté un controller Vestax à 2 balles, et puis on s’est lancé dans l’univers des teufs.

Music Noodle Scoop 🍲

Noodle Soup est une variété de soupe composée de nouilles et d’autres ingrédients servis dans un bouillon léger. Les nouilles peuvent avoir été préparées avec du riz, du blé ou des œufs. Aucun rapport avec un pénis boiteux.

  • Un morceau Wat de Phởq ?

Adriano Canzian — Macho Boy

J’ai réussi à jouer cette track qu’une seule fois. C’était un set matinale de dernière minute à Wonderfruit, comme un des DJ ne s’est pas présenté, le stage manager est venu me voir pour que joue.

Le matin, c’est le moment où les gens qui se sont perdus pendant la soirée, se retrouvent puisque que toutes les grandes stages ferment. J’ai commencé ma série, doucement, les gens étaient allongés sur le sol. Je me souviens, j’ai mis de la musique afro pour les réveiller, et lentement, la foule s’est levée et s’est remise à danser. C’était un moment magnifique. Surtout que depuis le DJ booth, je pouvais voir l’horizon et l’immense foule qui arrivait de la Solar stage. C’est l’un des moments les plus forts de ma vie, tout le monde a pris une surpeche ce jour-là, d’autant plus que c’était l’un des derniers jours du festival.

Puis j’ai vu que les gens dansaient avec plus d’intensité alors j’ai décidé de jouer des trucs un peu plus salace (tracks newbeats assez chaudes si tu vois ce que je veux dire). J’ai mis des tracks “sales” qui évoquer le sexe et j’ai vu que les gens accrochaient, y’avait beaucoup de sourires sur la piste de danse. J’ai tout de suite pensé à cette track. C’est une des tracks les plus perchées pour un set. Je me suis dis — je vais quand même la jouer mais je sais vraiment pas si les gens vont capter.

Finalement elle fait forte impression, et je me souviens encore de certaines personnes qui riaient vraiment fort, très fort. Ecoutez ce morceau, et vous comprendrez pourquoi c’est un morceau Wat de Phởq.

  • Tes premières rencontres avec la musique, toi qui a habité un peu partout, tu écoutais du son dans les salons de coiffure de tes parents ?

Mes parents sont vraiment des passionnés de musique et de danse. Mais c’est surtout quand j’ai voyagé et que je me suis retrouvé dans des endroits sans pouvoir parler la langue, que je me suis senti un peu exclu. Ca m’a amené naturellement à écouter des musiques du monde. Même si tu ne comprends rien à la langue, tu vas quand même ressentir des émotions. La musique, pour moi, c’est un langage universel.

J’ai pas vraiment eu d’expériences assez longues dans un pays pour avoir une seule influence, mais je dirais ça a surtout été un mix d’influences de tous les endroits ou j’ai vécu. Y’a un CD que ma Grand-Mère m’avait offert quand j’étais très jeune, c’était une compilation l’Oréal avec des sons de Crystal Waters et Jamiroquai. On peut dire que ça a été mon introduction à la musique pop-électronique et à la suite de l’histoire que vous connaissez maintenant.

  • Un dig récent à partager avec nous ?

Ströer Duo — Vietnam”

Je me réveille tous les jours avec ce titre, et bien sûr il correspond tout à fait au thème de l’interview. Qui sait de quoi il parle ? Au fond, un peu comme moi dans cette interview haha.

https://www.discogs.com/fr/Str%C3%B6er-Duo-Fluchtweg-Madagaskar/release/964197

Y’à un scarabée qui vient de passer. C’est beau la nature.

  • Comment est-ce que tu procèdes dans tes dig ?

Je cherche un peu partout. Je fais d’abord une pré-sélection de plusieurs tracks, avant de les écouter en entier. Je prête vraiment une oreille attentive aux tracks perchées, j’aime trouver des merdes dont personne ne veut. Puis je regarde l’heure, et il est déjà 5h du matin.

Quand j’étais adolescent, on m’a vite pointé comme le mec qui fait des playlists pour les soirées. J’étais à fond sur le dig, puis j’adorais les faire écouter à mes potes pour qu’ils découvrent des nouveaux genre en dehors de la bulle du mainstream. J’étais déjà un sélecteur, sans vraiment en être conscient.

  • Au-delà de Romain FX et RFX, tu formes également avec Florian Melinette (Fufu) le duo ROAM SELECTOR. Comment est-ce que la rencontre s’est faite ?

J’ai rencontré Florian sur la fin de Cliché, il organisait des soirées à H-K. On a commencé à vouloir en faire ensemble — les soirées ROAM — puis après on a commencé à mixer ensemble. Lui en parallèle, il travaillait sur le projet du ShiFuMiz avec la Mamie’s, et finalement je les ai rejoint pour les aider sur la partie technique, notamment la gestion des artistes.

La Boiler Room, c’était quelque chose de tout simplement fou. D’être là à H-K, avec un temps parfait, et réussir à organiser une Boiler Room avec tout ces gens : c’était le summum. Quand tu joues, c’est différent vu que t’es tellement à fond dans ce que tu joues, que tu captes pas vraiment. Mais le lendemain quand j’ai re-visualisé les vidéos, ça m’a foutu une claque. C’était un moment magique. Parfois je la regarde et je pleure (de joie).

  • Et la rencontre avec la Mamie’s, elle s’est passée comment ?

On s’est rencontré lors du ShifuMiz, puis en Asie sur plusieurs dates. Je suis vite devenu très pote avec eux, et notamment Vito. Lors d’un passage en France, j’ai joué pour eux et le Camion Bazar, au Macki Festival — je leur ai dit que je voulais me lancer en Europe. Ils m’ont proposé de signer sur leur label — Bingo Booking. Un vrai coup de chance.

  • Une pochette vinyl Wat De Phởq ?

“Punk Anderson — Shave That Pussy”

J’ai le vinyl, avec sur la pochette écris en grand “Shave That Pussy”. Je me souviens quand je l’ai acheté, je me suis dit “ça va être soit horrible, soit vraiment cool” et c’était cool, heureusement. Le titre “People” est tellement bon haha.

  • Un EP vraiment chelou que tu ne produirais pas ?

Ah ouais. Bonne question. Laissez-moi réfléchir haha.
[2 minutes plus tard]
Je ferais un rework du titre le plus célèbre d’Eiffel 65 Blue, en reprenant ce vocal da ba dee qui rend fou. Puis j’ajouterais une guimbarde (merci papi et mamie)
Longueur : 12 minutes
BPM : 150

La super animation est disponible sur notre instagram @phoq.tv

Eiffel 65 — Blue (Da Ba Dee) [Enter the Mew Rework]
Phởq Records 2020
Date de sortie : Unknown ??

Pillow Phở’lk 🛏️

Conversation intime et détendue qui a souvent lieu entre deux partenaires après l’activité sexuelle, généralement accompagnée d’étreintes, de caresses, de baisers et d’autres contacts physiques.

  • Une anecdote Wat De Phởq sur toi ?

J’ai fait un défilé de speedo à 16 ans dans un club de H-K appelé “Billions”. Vous imaginez ? Et oui, j’ai commencé une carrière de mannequin. C’était très traumatisant, parfois tu bouges pas pendant 7heures et les gens t’habillent et te déshabillent.

Pour l’histoire, il y avait des fêtes, dans lesquelles on vous offrait des bouteilles juste parce que vous étiez séduisants. Grâce à ces événements, vous rencontrez rapidement des gens de ce milieu. Quand j’avais 16 ans en 2006, on m’a demandé de faire ma première publicité. Mon visage s’est retrouvé sur tous les bus et tramways de H-K pendant 3 ans. Personnellement à cet âge, j’étais trop heureux, j’ai pu m’acheter une Xbox et un Ipod pour 3h de taff sur un shooting. Aujourd’hui, je dois avouer que j’ai un peu l’impression de m’être fait arnaquer.

Je me souviens aussi que c’est l’année de mon retour en France, et dans mon nouveau lycée, ils pensaient tous qu’un modèle chinois de Hugo Boss allait arriver. Déception générale.

  • Ta définition d’un “edit” ?

C’est une question que l’on me pose assez souvent au quotidien. Pour être honnête, cela dépend de l’artiste, mais pour moi un edit, c’est quand tu prends un morceau que tu aimes mais que t’a l’impression qu’il a été complètement oublié ou qu’il est trop cher pour que les gens achètent le disque original. Tu penses pouvoir réussir à le faire revivre avec un peu plus d’élan et de fraîcheur pour le rendre jouable sur un plus gros sound system. Je pense aussi que si tu le changes trop, tu perds l’essence du morceau et il devient alors un remake ou rework, même si certains artistes appellent encore cela un edit.

  • Quelqu’un du public souhaitait te poser une question — Qu’est ce que ça fait de se réveiller dans le lit d’un certain Tristan Kino ?

Ahahaha. Il m’a booké pour jouer à Bangkok. Le matin, on s’est réveillé encore assez bourré et il m’a emmené manger thai. C’est après qu’il m’ait avoué, que c’était des tripes de boeuf. Sacré Tristan.

  • Bisous ou câlin ?

Câlin(s). C’est toujours la crise (sanitaire).

Arriverez-vous à attraper Romain, Pokemon légendaire, lors des ses prochains gigs ?

Romain FX
.https://www.residentadvisor.net/dj/romainfx
.http://fauverecords.bandcamp.com/
.https://www.instagram.com/romainfx852/

— Phở’llow us —

Instagram : https://www.instagram.com/phoq.tv/
Facebook : https://www.facebook.com/phoqtv/
Soundcloud : https://soundcloud.com/phoqfm

Don’t forget to check out and share our others interviews.

Weird [TV-Radio-Mag-Label] promoting electronic & absurd stuffs. 📍Hanoï, Vietnam

Weird [TV-Radio-Mag-Label] promoting electronic & absurd stuffs. 📍Hanoï, Vietnam